Le film se déroule dans un monde fantastique. Le personnage principal est le dragon Arman, qui vit dans le crâne géant de son ancêtre. Il emmène ici la princesse Miroslav, enlevée directement du mariage. La fille est en captivité avec un jeune homme mystérieux. Entre la beauté et l’homme-dragon, l’amour éclate, ce qui ne présage pas bien …

Dans la bande-annonce, le dragon, joué sous la forme humaine par Matvei Lykov (le fils de l’acteur Alexander Lykov, qui a fait une carrière sur le podium mondial), apparaît d’abord sous une forme animale. Les travaux sur le personnage virtuel a duré plus de deux ans, il a été dirigé par des effets visuels Nevshupov Sergei, qui a travaillé au studio Weta Digital, Peter Jackson sur le film « Avatar », « King Kong », « Le Seigneur des Anneaux ».

Matvey Lykov
Photo: société cinématographique BAZELEVS
Matvey, raconte-nous ce qui s’est passé sur le plateau: qu’est-ce qui t’a le plus surpris, qu’est-ce qui a causé l’embarras?
Matvey Lykov (Matvey Lykov)

Il n’y avait pas de temps pour être surpris, le workflow était très riche. Parmi les difficultés: dans une scène, j’arrosées par la pluie et soufflée par le vent, et, malgré l’artificialité des forces de la nature, aussi froid que la Bulgarie chaud et ensoleillé, je n’étais pas même sur l’ensemble pince Woodkid en islandais couvert de glace.

Quel est votre personnage – un homme dragon?
Matvey Lykov (Matvey Lykov)

Arman est un héros mystérieux. Il est un loup-garou – à la fois métaphoriquement et littéralement. La bonté et la cruauté, la naïveté et la sagesse, le maximalisme juvénile et le respect pour ceux qui étaient ses ancêtres s’unissent étonnamment organiquement. Arman doit se réconcilier avec le monstre et l’homme. Et, bien sûr, sans amour avec un dragon personnel ne peut pas faire face.

Le film évoque des associations avec la série populaire “The Game of Thrones”. Combien ont-ils en commun?
Matvey Lykov (Matvey Lykov)

Je ne suis pas sûr que notre film et la série “The Game of Thrones” aient quelque chose en commun, sauf la présence de dragons. Ce n’est pas une histoire épique sur la lutte pour le pouvoir, à moins que ce ne soit le pouvoir sur ses propres sentiments et désirs. Mais je pense que les amateurs de conte de fées du Moyen Âge vont adorer le film. En ce qui concerne le “Game of Thrones”, comme la plupart des habitants du monde, je suis fan de la série, mais cette sympathie ne repose pas sur l’amour de la fantaisie. Si le film ou le livre est bon, alors le genre n’est plus si important pour moi. Je suis omnivore.

Que pense ton père de faire des films? Donne-t-il des conseils professionnels?
Matvey Lykov (Matvey Lykov)

Bien sûr, mon père m’a beaucoup appris. Mais surtout, il m’a appris à travailler et à être responsable de ce que vous faites. Ce n’est pas grave, vous tondez l’herbe ou vous tenez devant les projecteurs – tout doit être fait sur la conscience.

Après l’école, vous n’avez pas essayé d’agir?
Matvey Lykov (Matvey Lykov)

J’ai terminé mes études à l’âge de 16 ans et je n’ai pas beaucoup compris ce que je veux de la vie. Par conséquent, j’ai décidé de continuer à faire ce que j’étais convaincu en ce moment – d’étudier des langues étrangères. Il est diplômé de l’Université pédagogique d’État russe, nommé d’après A.I. Herzen. Au cours de l’année enseigné l’espagnol aux enfants et aux adultes anglais des affaires.

Vous avez réussi sur le podium. Est-il difficile pour les hommes de percer dans cette profession? Y a-t-il moins de concurrence que chez les filles?
Matvey Lykov (Matvey Lykov)

Je ne pense pas que les différences entre les sexes soient si essentielles pour atteindre les objectifs fixés. Dans tout travail, vous devez travailler avec la capacité et l’ensemble des qualités requises par un environnement professionnel. Et la concurrence est la condition saine de tout marché. Pour les hommes, il me semble, comme pour les femmes, important de se sentir en confiance.

Vous vivez à Paris. Comment as-tu pris cette ville? Ne manquez pas la Russie?
Matvey Lykov (Matvey Lykov)

Je suis cosmopolite. Je vis à Paris depuis six ans, avant cela, j’ai vécu trois ans à New York. C’est mon mal du pays qui m’a incité à déménager en Europe – d’ici je peux voyager beaucoup plus souvent à Pétersbourg et au sud de la Russie, où vit ma grand-mère. Paris j’aime et déteste, mais pour l’instant cette ville est l’endroit où se trouve ma maison.

A Paris, vous êtes diplômé de l’Ecole Internationale du Film et de la Télévision. Qu’est-ce qui vous a amené à diriger?
Matvey Lykov (Matvey Lykov)

J’ai aimé tourner depuis mon enfance, mais je pense que le temps et l’expérience sont parfois nécessaires pour vraiment réaliser ses désirs. Diriger pour moi est une opportunité de créer ma réalité, visuelle et sémantique, unique dans tous les sens. Comment peut-il ne pas capturer?