Le déterminant des maladies des fleurs d’intérieur

Anthracnose

Maladies des plantes d'intérieur
Maladies des plantes d’intérieur

Pathogène – champignons du genre Colletorichum, Gloeosporum.

Affecte les feuilles, les tiges, les pétioles et les fruits des plantes. D’abord, il y a des taches brun jaunâtre sur les feuilles et les tiges avec des sporulations foncées. La photo montre des spores du champignon. Si vous regardez attentivement, on remarque que dans les taches sur la surface de la feuille supérieure est pas lisse, et recouvert de poils duveteux du litige, mais les différends sont déjà perceptibles dans une forte défaite de la plante. Les taches sur les différentes plantes sont différentes. Sur Cleve ils peuvent être rougeâtre, au lierre – brun ou gris-jaune, il est parfois des taches pourpres, et certaines plantes – très petites taches vert jaunâtre, qui a ensuite brunissent. Lorsque la maladie se développe, les taches augmentent de taille, fusionnent, la feuille devient brune et se dessèche.

L’anthracnose se développe rapidement dans des conditions de serre, c’est-à-dire avec une humidité de l’air élevée (environ 90%) et une température élevée, ainsi que des pulvérisations fréquentes (plusieurs fois par jour) des plantes. Le champignon résiste au gel – il reste dans les résidus végétaux, dans les graines et se répand avec de l’eau pendant l’irrigation.

Prévention et traitement: Enlèvement des feuilles avec des taches suspectes, désinfection du sol, traitement des semences. Aux signes de manifestation de la maladie, il est nécessaire de réduire l’humidité de l’air. Pulvériser avec des produits chimiques. Parmi eux, une solution à 1% de Bordeaux liquide (100 g de sulfate de cuivre + 100 g de chaux par 10 litres d’eau) et une solution d’oxychlorure de cuivre, sulfate de cuivre (500 g dans 10 litres d’eau), le soufre colloïdal (50-100 g pour 10 litres d’eau ), strobe (dans un système avec d’autres fongicides, 4 g dans 10 litres d’eau), Abig Peak (40-50 grammes par 10 litres d’eau).

Ascochite

Pathogène – champignons du genre Ascochyta.

Au stade initial, de petites taches rougeâtres ou brunes (seulement 1-2 mm) apparaissent sur les feuilles et les tiges. Les taches augmentent de taille et acquièrent une teinte nécrotique brun foncé avec un bord chlorotique jaunâtre le long du bord. Les petites spores noires du champignon ne peuvent être vues que sous une loupe. Si la croissance du champignon sur la tige sonne, alors la tige est facilement cassée. Parfois, la maladie commence par des signes de dessèchement de la plante – le bout des feuilles commence à se dessécher, une bande brun foncé se forme à la frontière avec le tissu sain. L’agent causal est très résistant aux changements de température profonds, c’est-à-dire qu’il tolère à la fois une sécheresse sévère et le gel du sol. Conservé sur des restes de plantes, graines. La maladie se propage par le vent, le sol indéfini, les gouttes d’eau.

Prévention et traitement: comme dans l’anthracnose.

Fillistics

Pathogène – champignons du genre Phyllosticta.

Sur les plantes affectées apparaissent d’abord de petits points noirs ou violet foncé. Ils augmentent et se transforment en taches brunes avec une bordure pourpre presque noire sur le bord. Le milieu de la tache est plus mince, il se dessèche et tombe souvent, des trous se forment. En regardant à travers une loupe, on peut voir des spores noires arrondies sur les taches brunes. La maladie se propage par le vent, le sol indéfini, les gouttes d’eau.

Prévention et traitement: comme dans l’anthracnose.

Septoria

Pathogène – champignons du genre Septoria.

Apparaissent d’abord de petites taches blanchâtres ou grises avec un bord brun le long du bord, rondes ou ovales. Avec le développement de la maladie, les taches augmentent et au centre de certaines d’entre elles apparaissent de petites spores de champignon brun foncé ou noires, visibles à l’œil nu. Parfois, les taches résultantes ressemblent à une éruption cutanée sur la feuille entière. Au fil du temps, les taches se confondent, deviennent brunes et la feuille sèche. Conditions idéales pour le développement de la maladie – haute humidité et température dans les 28-31 ° C

Prévention et traitement: Enlèvement des feuilles avec des taches suspectes, désinfection du sol, traitement des semences. Aux premiers signes de manifestation de la maladie, il est nécessaire de réduire l’humidité de l’air. Pulvériser avec des produits chimiques. Parmi eux, une solution à 1% de Bordeaux liquide (100 g de sulfate de cuivre + 100 g de chaux par 10 litres d’eau) et une solution d’oxychlorure de cuivre, sulfate de cuivre (500 g dans 10 litres d’eau), le soufre colloïdal (50-100 g pour 10 litres d’eau ), strobe (dans un système avec d’autres fongicides, 4 g dans 10 litres d’eau), Abig Peak (40-50 grammes par 10 litres d’eau).

Oïdium

L’agent causal est un groupe étendu de champignons moisis de l’ordre des Erysiphales. Parmi eux, les champignons les plus communs du genre Oidium, Sphaerotheca, etc.

Symptômes de la maladie – petites taches sur la face supérieure de la feuille, comme si elles étaient arrosées d’amidon ou de farine. Le raid est facilement effacé. La taille des taches augmente progressivement, couvre toute la feuille, puis la plante entière. Au fil du temps, le mycélium s’assombrit et le revêtement blanc devient gris, puis brunit, les feuilles se déforment, s’assèchent et volent. La plaque poudreuse peut se former à la fois sur les côtés externe et interne des feuilles. Contribuer au développement de la maladie d’humidité accrue (60-80%), des températures relativement élevées (environ 20 ° C), les variations rapides de température (dans le jour et la nuit), et l’augmentation de la teneur en azote dans les engrais azotés sol ou de fertilisation.

Prévention et traitement: Ne pas laisser d’engrais azotés en excès dans le sol, en particulier pour les plantes à fleurs. Il faut éviter le surpeuplement des plantes, l’air humide stagnant. Au stade initial, avec l’apparition de points uniques, couper les feuilles et les pousses atteintes. Procédé solution de bicarbonate de plante (50 g d’hydroxyde de sodium, 40 g de savon par 10 litres d’eau). Dans les cas graves, par pulvérisation avec 0,5% de l’oxychlorure de cuivre, 1% tiovitom colloïdale de soufre, et un mélange d’antibiotiques (100 unités / ml terramycine, 100 U / ml de pénicilline, 250 U / ml de streptomycine, dans un rapport de 1: 1: 1) . Il est possible d’utiliser des médicaments tels que “Topaz”, “Vectra”, “Speed”, “Bayleton” et al.

Le mildiou

Pathogène – champignons du genre Peronospora.

Sur la face supérieure des feuilles se forment des taches jaunes ou brunes de forme irrégulière. Du côté fond de feuilles – plaque lumière de l’agent pathogène spores conidies, à gauche sur la surface de la feuille par les stomates. Les feuilles malades jaunissent et meurent prématurément. Pathogen avec un fort degré de dommage peut pénétrer dans le système vasculaire, en particulier sur une section sous la forme de récipients sombres (mycélium et spores). La maladie prédomine sur les sols acides lourds. Exacerber la propagation de l’humidité accrue et une mauvaise aération. La source d’infection n’est pas le sol et les graines désinfectés.

Prévention et traitement: Hydrothermique traitement des semences (de l’immersion dans l’eau chaude à 50 ° C pendant 20 minutes, suivi d’un refroidissement rapide dans l’eau froide pendant 2 à 3 min). Enlèvement soigné des feuilles malades et des plantes gravement atteintes. Il est possible d’utiliser “oksihom”, “Kuproksat” 1% solution de fluide Bordeaux. Le traitement a été initié au premier signe de la maladie et répéter tous les 7-10 jours, manipuler avec précaution la face inférieure des feuilles. Besoin d’effectuer au moins 5 traitements.

Rouille

L’agent causal est constitué par les champignons de la rouille, par exemple le genre Phragmidium ou Puccinia.

Elle se traduit par l’apparition sur la face supérieure de la feuille de tubercules brun-orangé, de taches orange, jaunes ou rouges. Au verso de la feuille, les pustules, ovales ou rondes, sont clairement visibles. Progressivement, les taches se transforment en bandes, les feuilles jaunissent et tombent. La maladie provoque un arrosage irrégulier et une forte humidité.

Traitement: Retirez les feuilles et les branches affectées. Appliquer la pulvérisation avec des médicaments: “Topaz”, “Vectra”, “Strobi”, mélange de Bordeaux, cuproxate. Le traitement est répété 2-3 fois avec une pause de 10 jours.

Pourriture grise

Pathogène – champignons du genre Botrytis.

Le plus souvent, les zones touchées se trouvent sur les tiges sous la forme d’une plaque pelucheuse d’olivier grisâtre. Avec le développement ultérieur, la maladie passe aux feuilles, aux ovaires et aux fruits.

Au fil du temps, les dégâts prennent la forme d’une pourriture sèche avec des taches concentriques. Quelques jours plus tard, la tache se développe et la tige sonne. La première semaine sur le champ, il n’y a pas de sporulation du champignon, il pâlit au centre à une couleur de paille, les bandes annulaires délavées deviennent visibles. La nécrose des tissus se développe à l’intérieur de la tige, tandis que les vaisseaux meurent et que le mouvement de l’eau s’arrête. S’échapper au-dessus de cette zone s’efface.

Pathogène concerne ce qu’on appelle les parasites de la plaie, l’infection se propage principalement avec le vent, la poussière, les projections d’eau, les mains non lavées, et ainsi contribuer à la propagation de la maladie comme un mauvais éclairage, une forte humidité, groupe de plantation dense, la température optimale pour le développement de la maladie – .. 17 25 ° C

Prévention et traitement: Les mesures de prévention comprennent la désinfection du sol. Aération régulière des locaux, enlèvement des feuilles mourantes et éclaircissage des plants, bon éclairage. Évitez d’engraisser le sol, surtout quand il fait frais. Mettre dans le sol avant de planter des préparations “Trichodermin”, “Barrier” ou “Screening”.

Aux premiers signes de la maladie, les feuilles malades et les inflorescences sont éliminées. La zone touchée est saupoudrée de poudre de charbon, de craie, de cendre ou de permanganate de potassium. Il est possible de faire une pâte du trichodermine de médicament (petite quantité de poudre mouillée avec de l’eau) et enduire les zones touchées. Pulvérisation topsina solution M (0,1%), Fundazol (0,2%), une solution de savon de cuivre (0,2% de sulfate de cuivre et 2% de savon), 0,05% bayletona de sodium. Les traitements répétés sont effectués après 10-12 jours.

Pourriture noire, ou alternaria

Pathogène – champignons du genre Alternaria.

Le champignon affecte principalement les feuilles, parfois les tiges et les tubercules. D’abord, apparaissent des taches brunes sèches, principalement sur les feuilles inférieures, puis supérieures. En général, des cercles concentriques sont visibles sur les spots. Avec l’augmentation de la tache, elle devient progressivement noire et des conditions grises deviennent visibles.

Il contribue à la propagation de la maladie en modifiant fréquemment les changements de température et d’humidité, c’est-à-dire l’alternance des périodes sèches et humides. Mais les conditions optimales pour le développement du champignon à une température supérieure à 18 ° C et une humidité d’environ 90%.

Traitement: Les médicaments utilisés pour combattre l’alternaria – le cuproxate, le sulfate de cuivre, la bouillie bordelaise, le cuprikol, l’oxychlorure de cuivre, Abiga-Peak, Maxim.

Flétrissement ou verticilliose

Pathogène – champignons du genre Verticillium.

Aux stades initiaux de la maladie, les feuilles inférieures acquièrent une couleur gris-verdâtre en raison du développement de la nécrose mezzhilkovyh. Le tissu de la feuille entre les veines devient brun et sèche. Puis commence le flétrissement, la plupart des feuilles partent du bas, jaunissent, se courbent et se fanent. Sur la section de la tige, il y a des vomissements visibles des vaisseaux. La lumière vasculaire est remplie d’un mince mycélium multicellulaire. Les plantes accusent un retard de croissance, se développent mal puis meurent. Parfois, la maladie se manifeste sur la plante lors de la dessiccation et de la mort des branches individuelles de la brousse. Si les conditions sont favorables, la maladie passe alors à d’autres branches et la plante entière meurt assez rapidement. S’il y a des conditions défavorables pour le développement du champignon, la maladie peut durer des mois et une partie de la plante semble en bonne santé et certains meurent.

L’agent causal persiste dans le sol sous forme de microslorticides pendant plusieurs années. La température optimale pour la germination des sclérotes est de 24-26 °, humidité 60-70%. Le développement le plus probable de champignons sur le sol avec un pH neutre = 7-7,5. Les spores du champignon germent et pénètrent dans le tissu conducteur, où le mycélium se développe, provoquant un colmatage des vaisseaux. Comme il y a un encrassement graduel des vaisseaux de bas en haut, alors le flétrissement des feuilles commence avec les feuilles inférieures et recouvre progressivement toute la plante.

Traitement: Désinfection du sol par cuisson à la vapeur, désinfection des graines par chauffage, introduction de trichodermine ou d’agate dans le sol. Les produits chimiques dus à la biologie unique de l’agent pathogène (développement dans le sol et propagation à travers des vaisseaux conducteurs) ne sont pas efficaces. Le traitement n’est possible que dans les premiers stades, par pulvérisation d’un fond de teint, d’un vecteur ou d’une topine-M à une concentration de 0,2%.

Fusariose (trachéomycose) flétrissement

Pathogène – champignons du genre Fusarium.

La fusariose ne se développe que sur les plantes affaiblies, principalement sur les sites mourants, en fonction du type de décoloration trachéémique ou de la décomposition des racines.

Dans les plantes touchées, les pointes des pousses se flétrissent (perte de la turgescence), puis toute la pousse. Cela se produit, comme dans le cas d’une infection par le flétrissement, en raison du colmatage des vaisseaux avec les toxines libérées par les champignons. Par conséquent, un assombrissement des vaisseaux est également perceptible sur la section transversale. Si la pointe est coupée à temps, elle peut être enracinée et une plante saine peut être obtenue. Mais ce ne sera possible que dans le cas où le champignon situé le long des navires n’aurait pas atteint le sommet du tournage. Le rythme de l’évolution de la maladie dépend de la propreté des conditions propices au développement du champignon. Avec une forte humidité du sol et de l’air, ainsi que des températures supérieures à 18 ° C, la maladie peut tuer toute la plante en quelques jours. Si l’humidité est abaissée, la maladie peut se transformer en une forme chronique, puis la plante s’efface lentement en 3 à 4 semaines.

Les racines en décomposition ont souvent un schéma spécifique: les racines solides restent normales et les plus petites pourrissent. La source d’infection peut être un sol indéfini, de l’eau provenant de sources naturelles et non un outil stérile.

Prévention et traitement: Enlèvement et destruction des plantes avec une motte de terre. Désinfection des pots avec une solution à 5% de sulfate de cuivre, chaux de chlore. Si le flétrissement vient de commencer, vous pouvez essayer de traiter la plante avec des préparations de vecteur ou de bénomyl. Vous pouvez sauver la plante en coupant la tige apicale et en la ré-enracinant. Le sol peut être préparé en le filtrant avec une solution de permanganate de potassium, de phytosporine-M, de Maxim ou de trichodermine. Lorsque vous travaillez, stérilisez les outils – un couteau, des ciseaux et même un porte-jarretelles (fil, fil) avec de l’alcool. Lorsque vous utilisez de l’eau provenant de plans d’eau naturels ou d’eau de pluie, utilisez la préparation Fitosporin-M.

Par ailleurs, la fusariose sur les plantes d’intérieur se manifeste de la même manière que dans les cultures de jardin (voir la tomate de brousse sur la photo).

Pourriture bactérienne ou humide

Pathogène – bactérie du genre Pectobacterium, Erwinia.

La maladie se manifeste par le ramollissement et la décomposition des plaques individuelles sur les feuilles, les pétioles, les racines et les fruits de la plante. Les bactéries sécrètent dans les tissus de l’enzyme feuille, la pectinase, qui provoque la pourriture des tissus. Les parties juteuses et charnues des plantes sont le plus souvent touchées.

Sur les feuilles, apparaît d’abord un petit point informe, gris, brun ou noir, qui croît progressivement. Sur les bulbes et les tubercules, la pourriture commence, souvent accompagnée d’une odeur désagréable.

Dans des conditions favorables – dans un climat chaud et humide – la maladie se propage très rapidement. La partie affectée ou la plante entière se transforme en une masse déshydratée.

L’agent causal pénètre à travers les lésions mécaniques sur la plante – même des fissures et des plaies microscopiques. Il est retenu dans le sol avec des résidus végétaux.

Prévention et traitement: Il est nécessaire de désinfecter le sol avant la plantation et, lors de la taille des racines, des tubercules et des bulbes, les tranches doivent être saupoudrées de charbon de bois concassé. L’outil doit être désinfecté avec de l’alcool après chaque circoncision.

Elle provoque le développement de la maladie, l’introduction de doses excessives d’engrais, la stagnation de l’eau dans le sol, le sol dense et bouché, le refroidissement de la terre humide dans des pots, par exemple en hiver dans une pièce froide.

La plante peut être sauvée si la bactériose n’a pas encore affecté tout le système vasculaire ou est de nature locale (par exemple, la pourriture a commencé avec le bout de la feuille). Si les racines sont pourries, vous pouvez essayer d’enraciner l’apex (si cette plante est enracinée par des boutures). Si la pourriture a été frappé seulement une partie des racines et une partie aérienne ressemble à une vie, vous pouvez essayer de sauver la plante – il a besoin de libérer les racines du sol, coupé tous pourris, transplanté dans le terrain sec préparé, verser et pulvériser la bouillie bordelaise (ou de médicaments contenant du cuivre). L’infection ne se propage pas à une autre plante située à proximité, mais tous les outils de travail et les pots doivent être soigneusement désinfectés.

Taches bactériennes, brûlures bactériennes, bactériose vasculaire

Pathogène – Bactéries du genre Xanthomonas, Pseudomonas.

La maladie affecte plus souvent les jeunes feuilles et les pousses. Les plaques bactériennes dépendant de l’espèce présentent des symptômes différents. L’image la plus caractéristique, lorsqu’elle se trouve à la surface de la feuille ou de la tige, forme de petites taches aqueuses qui acquièrent progressivement une couleur noire.

Le plus souvent, les taches ont une forme angulairement irrégulière et sont délimitées par une frange jaune ou vert clair. La bactérie se propage le plus souvent le long des veines. Les taches grandissent, fusionnent, la feuille entière devient noire. À la fin, la plante meurt.

Conditions optimales pour le développement de bactéries – une température de 25-30 ° C et une humidité élevée. La mort des bactéries ne se produit qu’à une température supérieure à 56 ° C. Les bactéries du genre Xanthomonas résistent au séchage et peuvent supporter une température basse pendant longtemps.

Une variante de la coloration bactérienne est la brûlure bactérienne, qui provoque des bactéries du genre Pseudomonas. Dans ce cas, la plante n’a pas de taches, mais plutôt de grandes zones de noircissement sans forme, qui sèchent ensuite. On dirait que c’est brûlé. Si les maladies s’accompagnent de conditions favorables, elles se développent très rapidement, entraînant la mort des parties individuelles et la mort de la plante entière. La brûlure bactérienne commence plus souvent avec les jeunes feuilles, les pousses et les fleurs.

Les bactéries pénètrent dans les plantes par les stomates ou les plaies, commencent à se multiplier dans les espaces intercellulaires du parenchyme des feuilles. La période d’incubation de la maladie est de 3 à 6 jours, en fonction de la température. Les bactéries persistent dans le sol et sur les graines.

Prévention et traitement: Dans les cultures de jardin, on utilise le traitement des plantes et le traitement des semences avec l’antibiotique phytolavine-300. À la maison, des plantes d’intérieur sont utilisées avec succès en pulvérisant et en arrosant le sol avec une solution de trichopole – 1 comprimé par 2 litres d’eau. Les préparations contenant du cuivre telles que la bouillie bordelaise, le sulfate de cuivre et le système fongicide Maxim sont également efficaces.

Bactériose vasculaire
Bactériose vasculaire
Détection bactérienne
Détection bactérienne
Bactériose vasculaire
Bactériose vasculaire

Conclusions

Pour la plupart des producteurs, la définition précise de la maladie est primordiale. Néanmoins, dans la plupart des cas, cela pose des problèmes. Pour établir la cause de la maladie, il est important de recueillir autant de symptômes des dommages observés, des changements dans la croissance et le développement. Tout d’abord, il est nécessaire de déterminer les conditions dans lesquelles l’usine était située.

Par exemple, la plupart des maladies fongiques et bactériennes se développent dans des conditions de forte humidité et de température élevée. Cependant, cela ne signifie pas que si la plante n’est pas pulvérisée et conservée au frais, il ne peut y avoir aucune maladie. Ils le sont peut-être, mais ils se répandront beaucoup plus lentement que dans des conditions de serre. En d’autres termes, la maladie peut se manifester sous une forme persistante chronique et causer la mort d’une plante en quelques jours seulement.

Souvent, les maladies sont confondues avec les manifestations de troubles du départ ou des soins. Si la fleur souffre de la terre ou l’air sec surséchage se manifeste principalement les extrémités des feuilles de dessication, et la perte de blanchissement turgescence, mais peut être accompagné par l’acarien apparence provoquant la torsion et à la déformation des feuilles et la formation des taches caractéristiques de pénétration. Les plantes qui ne reçoivent pas d’humidité de l’air et du sol souffrent rarement de maladies (bactériennes et fongiques), mais en raison de l’affaiblissement, elles tombent dans un groupe à risque. Mais les plantes souffrent de trop-plein, situé dans des conditions humides (dans un endroit chaud ou un endroit frais), pulvérisé plusieurs fois par jour planté dans le sol neprodezinfitsirovannuyu et exposé à l’air libre, de plus en plus dans un grand groupe ou dans des zones mal ventilées – première sera infecté par des maladies fongiques et bactériennes.

Certaines maladies sont très facilement identifiables par des symptômes caractéristiques – par exemple, l’oïdium, la pourriture grise. D’autres troubles peuvent être identifiés par la présence de spores, parfois grandes et facilement visibles à l’œil nu, et parfois, en particulier dans la phase initiale, visible uniquement avec une loupe. Les bactéries, en général, ne peuvent être considérées qu’avec un grand grossissement du microscope. Le plus souvent, la nature des taches est très difficile à déterminer. Étant donné que les maladies bactériennes provoquent divers types de taches, la nécrose et le flétrissement (perte de plantes vasculaires du système), mais pour les distinguer des Verticillium ou fusariose ne peut couper la tige au point de la défaite.

Souvent fragilisées par un manque de lumière ou d’autres violations des conditions de détention (surtout après avoir été détenues dans des magasins douteux), les plantes souffrent non seulement d’une, mais de plusieurs maladies. Par exemple, ils sont affectés par les acariens et les taches bactériennes. Dans le même temps, lorsque la lutte intensifiée commence par une pulvérisation contre les acariens, la bactériose commence à se développer sur la plante, mais aussi à la pourriture grise (maladie fongique). Finalement, la plante meurt, car elle ne peut pas se battre avec plusieurs malheurs, surtout si elle n’a pas encore été acclimatée dans les nouvelles conditions. Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’aller à l’extrême et de modifier radicalement les conditions de détention, puis, s’il y a une forte humidité autour de la plante, rappelez-vous que toutes les maladies possibles peuvent le menacer. Après tout, ils sont transportés par le vent, par pulvérisation d’eau, facilement transportés avec des outils, des mains et sur les pattes d’insectes, ainsi qu’avec de l’eau provenant de sources naturelles. Une fissure microscopique sur la peau de la plante suffit à pénétrer les bactéries.

En ce qui concerne le traitement, il suffit souvent d’enlever les feuilles colorées, d’améliorer les conditions et la maladie disparaît. Si cela ne se produit pas ou si la maladie commence trop, il faut alors recourir à des fongicides.

Donc, quand vous devez vous inquiéter et accepter la possibilité de taches, de nécroses et de flétrissements dus à des maladies fongiques et bactériennes:

  • si la plante est plantée dans un sol non protégé;
  • si la plante est achetée dans le magasin;
  • si la plante était (est) dans des conditions d’humidité élevée;
  • si la plante se tient debout dans un groupe surpeuplé, ainsi que dans une pièce non ventilée;
  • si vous avez inspecté la plante entière avec une loupe et que vous n’avez pas trouvé d’organisme nuisible visible (si vous n’avez pas de loupe, vous ne pouvez même pas essayer d’identifier le dommage);
  • si la plante est arrosée avec de l’eau provenant de sources naturelles (pluie, étang, rivière) et se trouve également à l’extérieur.
  • si la plante reçoit un arrosage abondant ou a été inondée.
  • si la plante n’a pas été transplantée dans des terres de qualité pendant le temps (s’il y a une perturbation de la nutrition, il peut y avoir des symptômes similaires: taches, chlorose, retard de croissance);
  • le développement de toutes les maladies aggrave le manque de lumière!

About

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

3 + 6 =