Dans les zones métropolitaines occidentales, une nouvelle religion a émergé appelée la conscience – la pratique de la conscience et de la méditation à la hâte. À Londres, ils sont devenus un nouveau yoga, en particulier pour les filles d’affaires et les filles ambitieuses. Svetlana Kolchik est allée à Londres et en a vérifié certaines.

Quinze résidents bien habillés de Londres et moi-même sommes assis silencieusement sur les chaises du cercle. Tout le monde a une fraise mûre dans ses mains. Ce que nous mangeons maintenant consciemment. Le mot clé ici est “consciemment”. En anglais, cela signifie en toute conscience, ce qui peut être traduit par “avec une présence complète” ou simplement “soigneusement”.  

« Regardez cette petite fraise comme si vous voyez cette baie est la première fois dans sa vie, – dit dans enseignant fortement accentué, l’âge de la brune efficace 35. Son nom est Cinzia, elle était originaire d’Italie et d’un psychologue clinicien par profession. “Amène les fraises dans ton nez, sens l’odeur”, poursuit-elle d’une voix endormie. – Mettez-le dans votre bouche, sentez les teintes de goût, la texture et comment il se dissout dans votre langue. “

Nous sommes assis dans la salle bordée de bougies allumées avec une cheminée, de grandes fenêtres et plafonds avec moulures, dans un manoir victorien élégant Fitzroy Square, près de Regent Park et Camden. Le lieu s’appelle le projet Mindfulness. C’est maintenant l’une des adresses les plus pertinentes pour le public londonien avancé. La leçon s’appelle la Retraite Mindfulness. Il s’agit d’un séminaire de six heures durant lequel seul l’enseignant est autorisé à parler. Et nous devons rester silencieux et dans la méditation, essayer de regarder à l’intérieur de nous-mêmes, en oubliant, bien sûr, pendant ces six heures ce que sont les téléphones portables.

Le concept même de la pleine conscience (“l’attention”, “la compétence de la présence”) en Europe et en Amérique est maintenant une chose extrêmement à la mode. Les sociologues occidentaux ont appelé l’attention de l’année (dans le passé, le mot de l’année était … eh bien, bien sûr, selfie!). Que signifie la pleine conscience? Un mode de vie un peu différent. Là où moins de hâte, plus de concentration et d’attitude philosophique face aux problèmes. Et aussi – la formation de compétences opposées à ce que nous demandons aujourd’hui: accessibilité 24 heures sur 24, concurrence interne éternelle avec les autres, multitâche et existence sur le court terme.

Les scientifiques ont commencé à étudier le phénomène de la pleine conscience bien avant que nous commencions à vivre dans les réseaux sociaux et à nous endormir dans une étreinte avec l’iPhone. Le pionnier de ce mouvement est le célèbre biologiste moléculaire américain, docteur en sciences et professeur à l’Institut de technologie du Massachusetts, John Kabat-Zinn. Cet homme avec le dépôt d’un bouddhiste lui-même moine à la fin des années 1970 essayé de méditer, assis rapidement vers le bas et a pris l’étude, ce qui a donné des résultats sensationnels. Bientôt, des scientifiques du monde entier ont commencé à parler du phénomène de la neuroplasticité. C’est-à-dire que notre cerveau est essentiellement un muscle qui, à tout âge, peut être entraîné et donc changer brusquement de vie. Trente-cinq ans plus tard, il y a beaucoup de données, c’est une confirmation. Par exemple, ceux qui régulièrement « ralenti », c’est-vous une pause quotidienne (ils peuvent être appelés méditation, bien que beaucoup, ce mot fait peur) capable de se concentrer mieux, sont plus résistants au stress et à la dépression, mieux tolérer la douleur et deux fois la récupération rapide de le rhume. Le résultat: toutes sortes de pratiques de pleine conscience deviennent un nouveau yoga en Europe et en Amérique.

Pas si longtemps, le magazine Time est sorti avec une reprise de The Mindful Révolution, et de nombreuses sociétés – de Google aux grandes banques et US Navy – organiser dans les salles de méditation et de bureaux envoient des retraites du personnel, comme celui qui me concerne maintenant. L’enseignement application simple Headspace de méditation créé il y a plusieurs années par l’Anglais Andy Paddikombom, est devenu l’un des plus téléchargé dans le monde, et le chiffre d’affaires de son entreprise dépasse 60 millions $. (. Originaire de Bristol, 42 ans Paddikomb – un ancien moine bouddhiste, aujourd’hui millionnaire, qui, entre autres, consulte activement les célébrités de Los Angeles qui veulent apprendre à méditer) Il est pas étonnant que parmi les adeptes du mouvement de la pleine conscience d’un grand nombre de célébrités: Emma Watson, Hugh Jackman, Gwyneth Paltrow, Goldie Hawn (récemment donné une conférence sur les pratiques de sensibilisation au forum international de Davos), Miranda Kerr, Ellen DeGeneres, etc.

“L’esprit est comme un chiot, il doit être formé”, dit Cinzia. Elle explique que 85% des pensées qui tournent dans notre tête ne sont pas nouvelles, elles étaient là au moins hier, et 47% d’entre elles sont négatives. Et comme le soutient Cinzia, c’est une chose naturelle. La vanité et l’anxiété sont inhérentes à la nature – c’est une garantie de survie. Mais pas une vie à part entière et fructueuse, d’autant plus que nous n’avons jamais été la proie de prédateurs partout. “Passer du centre de l’attention – des pensées négatives aux idées positives – est un travail”, nous confie patiemment Cinzia sur les tablettes d’une nouvelle vie. – La première étape est de ne pas vous identifier avec des pensées négatives. La seconde est de cesser de pratiquer l’auto-flagellation. Souvent, nous nous critiquons beaucoup plus sévèrement que d’autres. Et souvenez-vous: vous n’êtes pas seul. Ne jugez pas les gens par la façade de leur vie. N’envie pas. De temps en temps ils souffrent. “

Nous nous asseyons sur des chaises en baissant nos jambes et en appuyant nos pieds sur le sol. On nous dit de fermer les yeux et d’essayer d’écouter la respiration (de préférence la nôtre), essayant de simplement regarder les pensées, mais ne pas nous connecter avec eux (les Bouddhistes Zen appellent cet état «non-esprit»). Et aussi – respirer par le centre cardiaque: inhaler au prix de quatre et expirer un peu plus longtemps, au prix de six. Ils disent que cette manière de respirer aide à se calmer rapidement et peut même soulager les symptômes d’une attaque de panique. L’exercice dure dix minutes. Les premières minutes me semblent une éternité. Je bouge, baille sans arrêt et calcule le budget des achats à venir. Des choses similaires m’arrivent dans les premières minutes du yoga: asseyez-vous, avec un dos droit, concentrez-vous. Pour moi, c’est insoutenable! À tel point que, à un moment donné, j’ai arrêté le yoga et adopté un Pilates plus dynamique. Mais maintenant, quelque chose passe inopinément à l’intérieur. Je me calme et je me dissout un peu dans ma propre respiration. Et beaucoup de choses – oui, presque tout! – en quelque sorte, miraculeusement, devient sans importance. Les émotions diminuaient et je me retirais des pensées dérangeantes et des alarmes elles-mêmes.

En fait, il n’y a rien de nouveau dans cet exercice – cet exercice sous une forme ou une autre que j’ai fait plus d’une fois. Parfois, comme maintenant, j’ai réussi à capter ce silence intérieur et cela a donné une puissante impulsion d’énergie. Au sujet de ce dont vous avez besoin au moins une fois par jour pour ralentir, donnez-vous quelques minutes à vous-même et reposez-vous, aujourd’hui ils disent tout. Mais je ne peux pas le faire. Vivre en courant est plus familier et à certains égards plus pratique. Je rêve un jour de suivre le cours Vipassana (dhamma.org), lorsque vous passez dix jours dans un centre de méditation spécial, dans un endroit isolé, en silence et en méditation. (Beaucoup de ceux qui ont passé ceci ont eu une vie très différente.) Mais je pense que cet exploit n’est pas encore prêt. Je me suis donc envolé ici, à Londres, pour au moins quelques jours pour me déconnecter des problèmes de la vie quotidienne et essayer d’attraper cet état ici et maintenant. Et on dirait que je l’ai fait. Surtout quand on va à une méditation appelée “Montagne”. Son but est de prendre racine, de ressentir le lien avec la terre et la relativité de beaucoup de nos soucis. Le professeur nous demande de fermer les yeux et de visualiser la plus belle montagne que l’on puisse seulement imaginer et se déplacer mentalement à l’intérieur. “Imaginez: l’été, l’automne, l’hiver viennent et puis le printemps”, explique Cinzia. “Mais ces changements ne sont que externes, ils ne peuvent pas perturber l’équilibre de votre montagne – et vous-même. Quoi qu’il arrive, la montagne reste inébranlable pour rester immobile. “

Un jour plus tôt, je rencontre avec le fondateur du projet Mindfulness – deux amis proches, Alex, âgé de 33 ans et Otomo (ce nom étrange, avec l’accent sur la première syllabe, en traduit en anglais signifie « Automne »). Alexa vient de Zurich et Otom vient de Californie. Tous deux ont une formation en affaires et en psychologie, et tous deux ont déménagé à Londres, car dans cette ville, à l’exception de New York, il existe aujourd’hui la plus grande demande mondiale de nouvelles pratiques de sensibilisation. Dans le même Londres, par exemple, les centres de méditation sont très populaires, où vous pouvez aller sans enregistrement, pendant les pauses déjeuner et, après avoir payé 5 livres, méditer pendant une heure, généralement sous la direction d’un mini-gourou bouddhiste.

Mes nouvelles connaissances, cependant, de toute affiliation religieuse nient activement. À leur avis, la pleine conscience est un remède efficace contre le stress du monde moderne, mais rien de plus. Alex admet que depuis sa jeunesse, elle souffre d’une anxiété accrue et qu’Ota a une tendance à la dépression. Ils disent que la méditation et l’entraînement à la pleine conscience les ont beaucoup aidés. La dépression et les relations plus profondes avec son petit ami sont allés plus loin: “J’ai appris à écouter le corps, les hormones, à regarder les pensées, mais pas à les associer – en particulier à celles qui sont obsédantes. Et en acceptant soi-même, vous commencez à mieux comprendre les autres, vous éprouvez plus de compassion. ” “Ce qui est bien”, ajoute rapidement Alex, est que l’histoire ne concerne pas la religion, bien que la méditation, bien sûr, prenne ses racines dans le bouddhisme. Mais la pratique de la pleine conscience est avant tout une aptitude à l’esprit. Cela aide à se réveiller pour la vie – après tout, quand on est tendu, on ne le remarque pas. Et le plus tôt vous le ferez, mieux c’est. “

Les filles ont ouvert leur centre il y a un an et demi et disposent désormais d’une liste d’attente pour le cours de sensibilisation et de gestion du stress de huit semaines mis au point par le Dr Kabat-Zinn. (Cela ne coûte pas cher – 325 livres, et des cours d’un jour – 95 livres). Presque tous les jours de la semaine, des méditations aux chandelles durent une heure, ce qui est extrêmement demandé aux directeurs de bureau qui travaillent après le travail. Pas moins populaire et séminaire de huit semaines sur la nutrition consciente et consciente (il est également dirigé par la Chinzia italienne). Selon les critiques, il travaille mieux, beaucoup après sa perte de poids. De plus, il y a des dégustations de vin méditatives, des cours sur la «parentalité consciente», ainsi que des ateliers sur l’art-thérapie et même la photographie consciente – la «photographie consciente».

Après le déjeuner (que nous avons dû manger en silence et en silence, sans livres, tablettes et téléphones), nous sortons tous et nous dirigeons vers le parc Regent Cet exercice étrange est appelé errance sans but – “errance sans but”. Dans les 30 minutes, nous devons parcourir le parc en silence, de préférence pieds nus, avec une inclusion maximale des sens. Et puis je suis couvert. Je suis allé à Londres une ou deux fois, mais il me semble que je suis venu ici pour la première fois. Au moins je n’ai jamais remarqué quelle ville merveilleuse c’est. Plus précisément – remarqué, mais ce qui était nécessaire: des attractions, des magasins, des personnes qui devaient passer une interview. Et maintenant, pour la première fois depuis très longtemps, je n’ai pas d’objectif précis, si ce n’est de se promener, ici et maintenant. Nous sommes dimanche et il y a beaucoup de monde dans le parc. Le soleil me réchauffe les joues, j’entends les voix des enfants, le bruit de l’eau dans la fontaine et les rafales de vent, les feux d’artifice des pétales déchirants de l’arbre en fleurs. Enchanté, je regarde les écureuils et les pigeons blancs comme neige, inspirez l’odeur fraîche de l’herbe. Les yeux sont pleins de larmes: je suis très désolé pour moi. Parce que je cours toujours quelque part, ne laissant pas de temps pour me reposer, car j’essaie toujours de faire beaucoup de choses en même temps et de me mettre trop haut. Trente minutes passent très vite, mais je comprends que c’est peut-être la demi-heure la plus brillante de ma vie (la naissance d’un enfant ne compte pas).

Quand je suis rentré chez moi, je n’ai pas encore commencé à méditer (bien que l’application Headspace ait été téléchargée avec diligence), mais j’ai remarqué que je devenais … un peu plus gentille. À moi Je me pardonne plus souvent. Pour les mêmes pensées obsessionnelles, dérangeantes, si je comprends bien: elles ne sont pas moi. Et ces demi-heure à Regent’s Park – ils sont toujours avec moi.

Le projet de pleine conscience

Pour contacter les fondateurs du centre de Londres et vous inscrire à l’un de leurs cours (beaucoup sont en ligne), vous pouvez vous rendre sur londonmindful.com

Nirvana est rapide

Pour méditer, vous n’avez pas besoin d’aller nulle part. Les petits répit peuvent – et doivent – s’organiser n’importe où – à la maison, au bureau, etc. Voici quelques recommandations:

1. Méditez plus facilement assis – sur le sol ou sur une chaise, de sorte que les deux pieds touchent le sol. On pense que cela aide à «fondre», à se calmer rapidement et à se concentrer. Faites-le mieux tous les jours et en même temps. Par exemple, le matin, avant que les activités actives ne commencent, cela aidera à recharger l’énergie pendant toute la journée.

2. Pour commencer, asseyez-vous tranquillement pendant deux ou trois minutes sans poursuivre aucun but. Si vous bougez et distrait, ne soyez pas effrayé. Il suffit de respirer un peu plus que d’habitude. Peu à peu, le temps peut être augmenté à cinq minutes, puis à dix heures et demie.

3. La prochaine étape consiste à vous éloigner de votre flot de pensées, à simplement les observer, ainsi que les sensations dans le corps. Acceptez tout ce qui se passe. Lorsque vous commencerez à le faire régulièrement, vous remarquerez que les pensées – au moins au moment de la méditation – deviendront plus petites et que le sens du moment apparaîtra plus clairement.

4. Ne te juge pas – il n’y a pas de mauvaise ou de bonne méditation. De plus, même quelques minutes dans un état de repos relatif sera bon.

5. Pendant la journée, rassemblez des moments positifs: lorsque vous êtes dans un état «ici et maintenant», lorsque vous êtes satisfait de quelque chose ou que vous êtes reconnaissant. Plus ces moments sont conscients et harmonieux, plus il est facile d’apprendre à penser positivement.

Méditation 2.0

“La vie non identifiée est indigne d’être vécue”, a déclaré Socrate. Façons de vous connaître beaucoup – voici quelques nouvelles et plutôt non standard:

Thérapie dynamique en cours d’exécution La mode est maintenant une histoire à Londres – les séances sont individuelles, au grand air. Vous choisissez le spécialiste-coach approprié (généralement un psychothérapeute), qui nomme une réunion dans l’un des parcs. Vous parlez avec lui de vos problèmes – d’abord en déplacement, puis en fuite, dans un rythme qui vous convient. Il y a des études qui confirment que, pendant l’activité physique, l’amélioration de soi est meilleure: vous pensez, ressentez et vous ouvrez plus rapidement aux changements (dynamicrunningtherapy.co.uk). Une alternative est la méditation en marchant (ou en faisant du jogging) dans un labyrinthe. Et ceci, à propos, peut se faire indépendamment, sans coach – les experts disent que les labyrinthes ont un effet relaxant et stimulant sur le psychisme. En parcourant le labyrinthe, vous utilisez presque simultanément les hémisphères droit et gauche, ce qui peut notamment vous aider à trouver des solutions faciles et inattendues.

Slezothérapie La thérapie par le rire a longtemps été une pratique très populaire dans le monde entier – on pense que les hormones du bonheur qui se distinguent pendant le rire ont un effet curatif puissant. Aujourd’hui, dans l’Ouest et dans certains pays d’Asie (au Japon tout d’abord), la thérapie alternative, la thérapie par larmes, “thérapie par les larmes”, prend de l’ampleur. Lors de ces sessions, les participants regardent des vidéos qui vous font pleurer. Après, comme le disent les psychologues, cela devient inévitablement plus facile – et plus calme: les larmes s’échappent profondément dans les émotions et aident à se connecter avec vous-même. De plus, il existe une opinion selon laquelle la capacité de sangloter chez les gens est aussi relaxante et même curative – vous vous sentez moins seul, ressentez une puissante impulsion de compassion et de confiance.

Ornithoméditation Ornithomindfulness est une pratique nouvelle et de plus en plus populaire que l’instituteur de l’Oregon a inventée. Il est principalement adapté aux enfants – particulièrement hyperactifs. Il est pratiqué dans la nature: vous remarquez l’oiseau et vous le suivez, et quand il décolle, vous le voyez de vos yeux et méditez sur sa piste dans le ciel. Si vous n’avez ni la nature, ni les oiseaux à portée de main, vous pouvez méditer à l’ancienne – la flamme d’une bougie allumée. Pour un meilleur effet, il est recommandé de regarder la bougie pendant quelques minutes, puis de fermer les yeux et d’imaginer un feu où vous pouvez «jeter» mentalement vos soucis et vos peurs.

  1. Méditation orgasmique: une nouvelle mode sexuelle
  2. Expansion de la conscience, ou pourquoi la vie est un orgasme
  3. Diet Margaret Thatcher: comment perdu Lady Iron

Photo: Ferruccio De Iulis