Tout ce qu’il faut savoir sur les hommes italiens

Les hommes sont l’une des attractions de l’Italie. Pour que vous ayez moins de questions pour eux, Marie Claire a réalisé un guide sur l’italien moderne

Émotions

Un homme en Italie est prêt à pleurer et sans – quand Inter perd, une fille part, Mamma est malade ou dans un film montre une scène déchirante. Ils sont rapides. Le mot le plus commun est Minchia, c’est Cazzo! (“Pénis”), en option – Cazzi Amari! (“Membres amers”). Jaloux, affectueux, délicat mais vite parti. Écrivez un SMS’ki sincère en grand nombre.

Dans le coeur

L’Italien gronde l’Italie sur la lumière, mais au fond, chacun d’eux est un grand patriote de son pays. Bella Italia et tout ce qui y est associé – culture, climat, traditions – et son amore vero.

Dans ma tête

“Ne vais-je pas aller au bar pour boire un cappuccino? Ou est-il préférable de manger immédiatement de la papardella – après tout, c’est presque l’heure du déjeuner? Est-ce que Balotelli deviendra le joueur de l’année? .. Quelle heure sommes-nous aujourd’hui avec nos collègues à aller dans la ville voisine pour manger bistecca? À huit heures Ou à neuf ans? Il ne faut pas oublier de réserver une table. Madonna Santa !!! Il y a une semaine, j’ai fait l’amour! Mamma Mia! Je semble être tombé amoureux. Il faut lui écrire un SMS. Mais la question est: va-t-elle aimer ma maman? “

Dans la plupart des cas, chi fugge (ital.) – les amoureux gagnent la course


Photo Getty Images

Photo Getty Images

En pantalon

Au lit, l’italien est robuste, doux, patient, mais parle beaucoup (même si la plupart ont un timbre agréable de voix, et vous vous habituez rapidement à leurs bavardages érotiques). Beaucoup d’entre eux sont de vieux amoureux.

Les plaisirs

Vêtements, jardinage, nourriture, football, femmes, un peu moins souvent – les films. Le voyage est encore plus rare. Beaucoup d’Italiens, s’ils conduisent, puis par leur pays et souvent au même endroit. En règle générale, ils ne sont pas sportifs, mais ne sont pas enclins à l’exhaustivité, sauf pour les Napolitains qui ont proposé la pizza. Mais le principal intérêt de l’italien est parlare (“talk”). Ils sont extrêmement bavards, peuvent le faire pendant des heures, discuter de tout – relations, politique, football, femmes, mais avant tout de la nourriture.

Famille

De moins en moins d’hommes de la péninsule des Apennins conduisent leurs filles à l’église et généralement à une couronne, mais les valeurs familiales restent l’épine dorsale de la société italienne. Contrairement aux stéréotypes, tous les Italiens – Mammone (Sissy), mais à la famille d’origine sont fermement attachés toute sa vie, et pour pranzo di domenica (dimanche midi avec mes parents) n’a pas hésité à annuler une réunion importante ou une date. Si l’italien a décidé de vous familiariser avec des proches, sachez que ses intentions sont sérieuses.

Amitié masculine

C’est sacré. Dans les restaurants de toute l’Italie, il y a des petites sociétés d’hommes qui discutent de quelque chose avec tant de chaleur et d’ardeur, comme s’ils étaient amoureux. Ils ne sont pas gays, juste un passe-temps avec des amis dans des pays où ils vont avec une fille, dans ce pays – la forme de loisir la plus populaire. En vacances et dans les magasins, de nombreux ragazzi montent également une équipe d’hommes sévère.

Cvetlan Kolchik, qui a vécu avec un Italien pendant trois ans, et le chef de Moscou Alessio Gini parlent de leur amour pour ce pays 

Vêtements:

Eleganza – La religion de l’homme italien. Ils aiment se déguiser et ne se sentent pas gênés du tout.

Le foulard. L’Italien aime les accessoires. Foulards et châles – cervical et pour la poche de poitrine – une faiblesse distincte: beaucoup dans la garde-robe de cette collection entière bien.

Pantalon Blanc en été, rouge brique toute l’année. Les Italiens aiment la couleur – cela ne les dérange pas, qu’ils ressemblent à un feu de circulation.

Golfs Demandez-lui de soulever le bord de la jambe – vous y trouverez des hauts du genou, très probablement rayés. Mocassins qu’il porte pieds nus et chaussettes courtes – uniquement avec des baskets. 

Chaussures Il a plusieurs dizaines de paires, pour toutes les occasions de la vie et de la météo. Adorant les marques locales, Fratelli Rossetti, Roberto Del Carlo, Santoni, est très indifférent aux classiques anglais.

Culotte La plupart portent des boxers qu’ils changent plusieurs fois par jour, car ils prennent souvent une douche – deux ou trois fois par jour.

Il aime tellement

“Je sais aimer une femme, parce que je sais m’aimer”

Alessio chef de restaurant de Moscou Piccolino Gini et réseau marque-chef « Pesto », ont participé au projet de Marie Claire «La plupart des célibataires en 2011″ est toujours pas mariés

Eh bien, oui, la femme de ma vie et ma meilleure amie est Mamma. Naître le fils de l’Italien est le plus grand bonheur qu’un homme puisse tomber. Par ailleurs, les Italiens ont un lien émotionnel beaucoup plus fort avec leurs fils qu’avec leurs filles. Je fais aussitôt connaissance avec Mamma avec mes filles et elle devient aussi une mère pour elles. Au fait, jamais elle n’a accepté quelqu’un – j’espère que cela va continuer. Je lui dis tout, je consulte sur toutes les questions. Je finirai par trouver ma femme comme Mamma. Je répète, avec le temps. Ce “temps” pour beaucoup d’Italiens depuis longtemps est reporté. Certains ne fondent pas de famille, car la famille doit se donner et ils ne sont pas prêts. Moi, par exemple, j’ai trente ans, mais je ne sais pas encore qui je suis, où je vais. Avant de se marier, vous devez vous comprendre, avoir le sol sous vos pieds. J’aime les enfants Quand je prends le bébé dans mes bras, je mûre. Mais ce n’est pas encore prêt à finir – tôt.

Quand un italien grandit-il? Bien sûr, pas dans 20, pas dans 25 et pas dans 30! Après trente – peut-être. Et vraiment, si cela se produit, il est bon d’avoir 40 ans. Je crois que mon épanouissement personnel commencera après quarante ans, je veux grandir à cet âge remarquable.

Mais alors que nous sommes comme personne, nous pouvons aimer. Par rapport à nous, tout le reste est néandertalien, sauvage sauvage. Nous ne frapperons pas à la table avec nos poings, nous écouterons la femme et nous serons presque toujours d’accord avec elle. Et nous préparerons son déjeuner et son dîner, nous l’accompagnerons pour acheter des chaussures, nous lui demanderons quel type de rouge à lèvres elle devrait choisir et nous la soutiendrons de toutes les manières possibles. Pour une femme italienne – à la fois bambina et regina (“reine”). J’aime les femmes fortes, les personnalités. Les femmes qui ont leur propre opinion, la direction dans la vie. Comme ma maman, qui a élevé quatre enfants et travaille toujours, et avec papa, ils sont ensemble depuis 31 ans. Pour moi, la féminité est avant tout la simplicité, la confiance en soi, la capacité de se comporter. Et écoutez un homme, et pas seulement en frappant des cils, regardez-le dans les yeux.

Et nous l’aimons parce que nous savons nous aimer nous-mêmes. En Russie, je suis souvent confondu avec un homosexuel, bien que pour un Italien de veiller à lui-même, il fait autant partie de la vie que de la respiration. Les anciens Romains étaient enduits d’huile d’olive de la tête aux pieds et chaque jour, j’utilise de la crème pour les yeux, le visage, les mains et le corps. Je vais à la manucure et à la pédicure. Épilation faire Pour chaque période de l’année et pour chaque temps, j’ai un parfum séparé. Lunettes de soleil, j’en ai quelques douzaines – elles sont si chouettes à acheter! Et je ne suis pas une sorte de métrosexuel et surtout pas gay, mais le plus que ni l’un ni l’autre n’est un homme normal.

En premier lieu, nous avons toujours une famille de nos parents. Ensuite, l’amitié et tout ce qui y est lié. Et la nourriture est un rituel très important. Partager un repas avec des amis est une chose intime, presque comme une femme, car tous les sens sont impliqués dans ce processus sans exception. Ensuite, il y a l’amour.

En Italie, il y a l’expression «Moglie e Buoi, dei paesi TUOI» ( «Ma femme et le buffle – qui est, quoi manger – doit être locale»). Je ne le partage pas particulièrement, sinon je n’aurais pas vécu en Russie pendant six ans.

“Les Italiens sont bons, mais leur pays béni fait des hommes des enfants insouciants”

Svetlana Kolchik, adjointe. Rédacteur en chef de Marie Claire

En italien, il y a le concept de gentil (aimable, doux, affectueux, doux, dérivé d’un nom – gentilezza). À mon avis, le gentil caractérise beaucoup plus précisément l’essence de l’homme italien que le dolce, qui signifie avant tout «doux». Gentile est un style de communication de l’italien, sa manière de s’habiller, de parler, de se soucier, de faire l’amour. C’est son style de vie.

Il y a quelques années, c’est la gentilezza italienne m’a captivé au cœur, l’âme inondée de miel, aveuglé, assourdi, et inspiré par les actions – ou plutôt, exploits, que je ne l’ai jamais commis pour le bien des hommes. Mon italien était plus typique nulle part. A quarante ans, bien qu’il ne vive pas longtemps avec ses parents, il se reposait exclusivement avec son père. Nous nous sommes rencontrés à la station de ski de Cortina d’Ampezzo dans les Dolomites, où ses parents ont un appartement. On pourrait dire que son père était le moteur de notre connaissance et de notre rapprochement. Rêvant enfin d’épouser son fils, il l’a littéralement forcé à me prendre mon téléphone. (L’idée que les Italiens playboys -. La plupart du stéréotype moderne des hommes italiens sont timides, comment sont les enfants timide maniéré, cependant, sont ces hommes de l’Apennin, en fait, et avoir des enfants de parents dominants ..)

Gagner la maman italienne était plus difficile. Le premier dîner officiel de la famille à leurs antiquités violentées, villa du 18ème siècle à Sienne I, après avoir entendu les conseils d’amis, déguisé en nonne plus sombre, tout est fermé, un minimum de maquillage. Cela n’a pas fonctionné pour moi. “Sei ragazza acqua e sapone?” – Mamma a été sceptique quand nous nous sommes connus. L’expression italienne “acqua e sapone” signifie “tout naturel”, dans ce cas, ce n’était pas un compliment. “Nous pensons que cela ne vaut pas la peine d’aller voir des gens sans maquillage – un manque de respect pour soi et pour les autres”, a-t-elle déclaré. Chaque fois que ce signora m’a rencontré à la parade complète. Habille le Ferragamo. Veste Chanel. Chaussures Prada. Maquillage et or en famille. Peu à peu, son cœur fondu, et je suis devenu propriétaire de plusieurs sacs à main de Tod, foulards de vieilles collections de Dries Van Noten et d’autres objets de valeur de sa riche garde-robe. Des instructions sur la vie familiale et l’économie domestique que nous avons reçues avec mon ragazzo, ensemble et séparément, tout au long de notre roman.

Mais revenons à Gentile. C’est à la fois un cadeau et une croix d’un homme italien moderne. Ils ne sont pas des combattants. Ne pas déchirer les bougies en mouvement. Plus leur pays est enlisé dans la crise économique, plus ils sont disposés à rester assis. Dans leur compréhension, bien sûr, pas la paresse – pendant trois heures, au moins, le déjeuner ou le dîner pour discuter le déjeuner, mangé le week-end dans une nouvelle trattoria ou la dignité des magasins récemment découverts où Sew merveilleux camicie su Misura (chemises sur commande). Il est possible que la génération actuelle des Italiens les parents terriblement gâtés, qui les fait à la lumière au moment du boom économique, et rien son bambini précieux ne refuse pas – soit alors ou maintenant (beaucoup d’Italiens, même quarante ans, vivent encore – en partie ou en complètement – aux dépens des parents). Mais je crois que l’hédonisme hédoniste des garçons italiens est dû au fait même d’être né en Italie. Dieu et la nature, ainsi que les ancêtres – les anciens Romains, les artistes de la Renaissance, des génies néoréalisme – trop généreusement accordés en Italie, ces ressources doivent profiter irresponsable et illimitée. La première chose est la dolce vita. Les filles – alors.

Au fait, à propos des filles. Ils sont dans le pays fort et puissant et ne prétend pas être blond – dans une famille italienne pour les décisions finales toujours Mamma ou Moglie (femme). L’ego des hommes n’empiète pas là-dessus, de même que le fait que beaucoup d’Italiens modernes gagnent beaucoup plus que leurs maris. Les droits des femmes dans ce pays sont sacrés, même trop. Prima la donna ( «une femme – devant”) – une règle de gentlemen applique non seulement en interne, mais aussi dans son lit: toute italienne qui se respecte est allé sortir de, de sorte que vous avez terminé le premier.

Mon italien m’a conquis non seulement avec son prix d’art plus amore. Toute femme, même avec une biographie, aime écouter. Sara, bella, bellissima, dolce, stella, Bambina, amore mio, Principessa – accroché sur cette musique comme une drogue. Même mon ragazzo a grandi dans son jardin des iris variétés rares, des roses et des marguerites, lavande, menthe, fraises, kakis, prunes, aubergines, huit variétés de tomates, la citrouille de la taille d’un poney et autre culture écologique, bouilli cinq sortes de confitures, la collecte et olives marinées , les herbes séchées aux épices et les dispersa sur les pots, parfaitement repassé et plié des chemises et des pantalons blanchis séchés quatre fois (pour le repassage, le lavage, la cuisine et d’autres affaires du ménage, il ne me permettaient pas – ne font pas confiance). Il m’a appris à porter du blanc en été, à mettre des choses dans des sacs hermétiques et à parler avec un accent toscan. Ses champignons de risotto et ses pâtes con bottarga étaient incomparables. A tout moment de l’année et le jour de sa peau dégageait un arôme discret de son favori Acqua di Parma, une collection de chaussures, des chaussettes, des mouchoirs et foulards parfois dépassé toutes ma garde-robe. Oui, il avait aussi un travail, mais il ne parlait pas beaucoup d’elle. Les Italiens ne vivent pas pour travailler. Ils disent que les meilleurs pères du monde sont obtenus d’eux. Mais je n’ai pas eu le temps de le vérifier. Je me suis enfui en commençant à étouffer dans les arômes de lavande et à m’ennuyer d’une odeur de vrai homme.

Parle et montre

Les Italiens – la langue des signes la plus riche du monde. George Kesoyan a essayé de traduire cela en russe


Photo Getty Images

À l’heure actuelle, toute l’italienne laisse “parler”. Parler pour la vie L’Italien est un spectacle passionnant, le théâtre d’un acteur, qui maîtrise magistralement non seulement les mots, mais aussi les mains et tous les muscles faciaux imaginables. Il est un maître incomparable de la gesticulation, qui a été affiné pendant des siècles et est devenu une partie intégrante de la communication. Dans le même temps, ses mains et sa langue fonctionnent de manière synchrone, se complétant harmonieusement.

Les Italiens ont une anecdote sur ce sujet. Deux paysans crient des collines voisines.

“Mario!” Pietro crie.

“Quoi?”

“Avez-vous été à la foire?”

– oui!

“Avez-vous acheté les moutons?”

Aucune réponse n’est entendue. Puis Pietro descend de la colline et crie à nouveau: “Mario?”

“Quoi?”

“Avez-vous été à la foire?”

– oui!

“Avez-vous acheté les moutons?”

Encore une fois ne répond pas. Alors Pietro se rend chez son voisin et lui crie à l’oreille: “Mario !!!”

“Quoi?”

“Avez-vous été à la foire?”

– oui!

“Avez-vous acheté les moutons?”

Mario serre ses doigts dans un paquet, amène ses mains à sa poitrine et les déplace de haut en bas, appuyant sa tête contre ses épaules. Cela peut être traduit par “non, ça n’a pas marché”.

Ils ont un geste pour toute situation de vie. Dans différentes régions, leurs variations. Certains gestes utilisés par nous, les Italiens, signifient quelque chose de complètement différent. Par exemple, les habitants du sud, en disant au revoir, en agitant les mains sur leurs têtes, en déplaçant leurs mains sur eux-mêmes. Pour nous, cela ressemble plus à une invitation.

Si vous considérez que l’Italien moyen ne veut essentiellement pas apprendre d’autres langues, les gestes deviennent souvent le seul moyen de communiquer. Vous devez juste vous habituer à leur pantomime. Si un Italien se tape à l’extérieur de la paume de sa main sur le menton, cela ne signifie pas qu’il est plein. Ainsi, il rapporte qu’il est tout de même agressif (la plénitude est indiquée en traçant une ligne avec la paume de sa main sur sa tête). Un autre geste – les paumes sont comprimées au niveau de la poitrine, comme lors d’une prière. Est-ce qu’il vous demande quelque chose? Oui, il suggère avec insistance qu’il le laisse tranquille.

Pour moi, leur langue ressemble à de la musique. Il y a, cependant, d’autres langages musicaux, comme le portugais, mais il est bon de fredonner la guitare, et l’italien – la langue des grandes formes musicales, il est plein de drame, comme l’opéra, et il se fait sentir même dans la conversation de tous les jours les plus ordinaires. Pour faire face à un tel pouvoir polyphonique, nous avons besoin de compétences en conduite, que les Italiens maîtrisaient parfaitement. Avec des gestes, ils contrôlent leur tempérament sauvage. Il me semble même que le son même du discours italien les fait. Lorsque j’ai commencé à apprendre leur langue, une semaine plus tard, j’ai remarqué que j’agitais comme un bras anormal.

  1. Quel devrait être un vrai homme?
  2. Pourquoi les hommes pratiquent-ils la chirurgie plastique?
  3. Bro-mouvement: une réponse masculine au féminisme

About

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

− 4 = 3